Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fleurance - Page 3

  • Monsieur le Banc

    Tout le long de la route j'ai envie de faire demi tour. Je vais chez toi en sachant que tu n'y es plus. Depuis 13 mois. J'y vais pour mon oncle. Pour l'aider a faire des bocaux de légumes (haricots verts). Pour l'aider et lui tenir compagnie quelques jours. D'habitude j'y allais en "courant" mais cette année non! 

    Je pense a toi Monsieur le banc.je nous revoie toutes les deux confortablement installée dans la fraîcheur du soir a papoter de tout et de rien. A ce moment là je ne sais pas que ce sont parmi les meilleurs instants de ma vie. Bien sur il y a la maladie qui a tout gâché ces trois dernières années mais je ne veux pas croire a la fatalité.

    Je ne peux tout simplement pas imaginé que nous allons être séparées.

    Je sens les larmes coulées sur ma bouche. Ma vue se voile et je suis obligée de m’arrêter au parking suivant. Je vais marcher un peu. Il y a beaucoup de voitures en ce jour de grand départ de  vacances mais heureusement moi je vais dans l'est pas dans le sud et mes compagnons de route sont surtout des hollandais avec leurs caravanes ou des camping car...

    Deux gorgées d'eau et je repars. La petite halte m'a fait du bien. Bientôt midi donc bientôt un autre arrêt pour manger a Toul où j'ai l'habitude de m’arrêter a chaque fois que je vais a Prey.

    ....

    Je suis presque arrivée après sept heures de voyage.

    J'ai encore envie de pleurer mais NON je ne VEUX pas!!

    Il faut affronter la réalité une bonne fois pour toute mais c'est la première fois que je reviens toute seule depuis treize mois et je dois étre forte.

    La maison est triste sans fleurs aux fenêtres. Juste quelques bacs devant la maison.

    Monsieur le banc est seul. Et vous messieurs crochets vous étes seuls aussi!

    Où sont les beaux géraniums que vous avez supporté pendant des années?

    Où sont les abeilles qui venaient sucer le pollen des fleurs?

    Où est l'arrosoir qui n’était jamais loin de toi Monsieur le banc?

    Mon oncle sort pour m'accueillir. Il a maigri. Normal, c'est un vieux Monsieur.

    Ne pas pleurer. Ne rien laisser paraître de mon envie de faire demi tour.

    La vie continue. Nouvelle! Sans Elle.